Vers 2022

Chers amis,

C'est l'heure des résolutions 2022 et elles sont assurément bonnes.

Bonne année à tous !

"Nous sommes là où notre présence fait advenir le monde, nous sommes pleins d'allant et de simples projets, nous sommes vivants, nous campons sur les rives et parlons aux fantômes, et quelque chose dans l'air, les histoires qu'on raconte, nous rend tout à la fois modestes et invincibles. Car notre besoin d'installer quelque part sur la terre ce que l'on a rêvé ne connaît pas de fin."

Mathieu Riboulet - Nous campons sur les rives

Ainsi et malgré tout, nous avons pu continuer à ouvrir nos micros là où quelqu'un avait quelque chose à dire, c'est à dire partout : en prison, à l'école, auprès de jeunes et adultes nouvellement arrivés en France, de personnes en situation de handicap ou de prostitution, et dans tous ces quartiers qu'on entend trop peu. Plus que jamais nous avons laissé émergé, capté, valorisé et porté vers les ondes ces voix précieuses, ces mots à soi, ces rêves, ces désirs, ces colères et ces idées.

Oaqadi continue sa récolte sonore en 2022 autour de trois grandes orientations :

- continuer dans notre engagement auprès des personnes dites fragiles ou en difficultés ou éloignées de la culture en nous attachant à aller vers de nouveaux publics et partenariats

- amener ces publics en résidence dans des lieux autres, beaux, pluridisciplinaires et joyeux : actions radio sur des bateaux, dans des musées ou des centres d'art, dans des tiers-lieux ruraux ou urbains, dans des cinémas, dans des salles de concert et des opéras

- encourager, ensemble, la création d'histoires, de fictions, en plus des témoignages. Le récit collectif est ce qui vient donner sens à ce qui nous arrive – à quoi viennent hélas répondre les théories du complot. Le sens que nous cherchons se construit dans la langue et l'inconscient que nous partageons tous (Anaïs Nin : « J'ai creusé tellement profond dans ma propre source que j'ai atteint la nappe phréatique commune »). Le maillage unifiant du récit, l'enthousiasme de l'imagination, ses personnages, archétypes et intrigues, l'émulation entre les participants amenuisent l'isolement que nous avons tous vécu, et viennent aussi nous redonner de cet air neuf, de ce champ des possibles qui nous ont été retirés. La vie est devenue plus petite, plus rechignée : nous voulons tous de l'aventure, du grandiose, de l'épopée.

Depuis bientôt deux ans nous nous sommes adaptés aux reports, changements, difficultés dus aux circonstances sanitaires planétaires. Cette année encore, nous tiendrons l'une des devises de Oaqadi : souplesse - et détermination. Quelles que soient les difficultés et quelles que soient les formes d'actions et de radio que nous trouverons en réponse, de nouvelles émissions naîtront.

Car notre besoin d'installer quelque part sur la terre ce que l'on a rêvé ne connaît pas de fin.

Share